Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Version imprimableEnvoyer à un amiExport-A+A
Article

Audiences sans avocat aux comparutions immédiates

Alors que le bâtonnier de Paris a cessé, dans le cadre du mouvement de grève touchant la profession, de désigner des avocats commis d’office, les audiences continuent devant la 23e chambre des comparutions immédiates. Récit.

par Anne Portmannle 22 octobre 2015

Mercredi 21 octobre 2015. Cela fait une semaine que le bâtonnier de Paris a décidé de suspendre les désignations des avocats commis d’office, qui constituent, habituellement, la majorité des avocats qui plaident à l’audience des comparutions immédiates. Un assesseur la 23e chambre, 1re section du tribunal correctionnel, discute avant l’audience avec un avocat égaré : « Les avocats ne sont là en principe que pour les mesures de sûreté, mais il est arrivé que des prévenus demandent à être jugés sur le fond, et si les avocats ne veulent pas venir…». Douze dossiers sont prévus à l’audience, ils seront examinés, par série de trois ou quatre, par le tribunal, présidé par Florence Schmidt-Pariset.

« Je vais tenter ma chance »

Le premier prévenu est un homme de 47 ans, déféré pour avoir conduit un scooter sous l’emprise de stupéfiants (du crack). « Vous habitez encore chez votre mère, à 47 ans ? », lance, cinglante, la présidente, avant de lui demander s’il souhaite être jugé aujourd’hui ou le 23 novembre prochain. « Il n’y a pas...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :