Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Version imprimableEnvoyer à un amiExport-A+A
Article

Mutinerie à la prison de Valence : « C’était le seul moyen pour nous, longues peines de France, de nous faire entendre »

Romain L., condamné à cinq ans de prison pour la mutinerie de la maison centrale de Valence, était rejugé devant la cour d’appel de Grenoble. Il dénonce la déshumanisation de cette nouvelle maison centrale, symbole des prisons modernes.

par Julien Mucchiellile 15 juin 2017

Les magistrats, encore aujourd’hui, semblent ne pas comprendre la démarche de Romain L., ce détenu de 33 ans qui, le 27 novembre dernier, a mené la mutinerie dans la récente maison centrale de Valence. « Il s’agissait de contester les conditions de détention de cette maison d’arrêt, qui n’était pas conforme aux habitudes que certains détenus avaient connu », récite mollement le président de la cour d’appel de Grenoble. C’était la deuxième mutinerie en deux mois, dans cet établissement ultra sécurisé, ouvert en novembre 2015. Et pour les dégradations occasionnées, Romain L. et José T., les deux instigateurs, ont été condamnés le 10 mars 2017 à cinq ans d’emprisonnement par le tribunal de Valence (V., Dalloz actualité, 13 mars 2017, art. J. Mucchielli ).

José T. était initialement libérable en 2019 et n’a pas fait appel. Pour Romain L., libérable en 2033, il s’agit de porter à la connaissance du public, les conditions de détention de cette nouvelle prison, intégrée en janvier 2016. « C’était le seul moyen pour nous, longues peines de France, de nous faire entendre », explique Romain L. « Pourtant vous étiez auparavant à Condé-sur-Sarthe, et ça ne vous avait pas posé de problème ? » répond le président, qui connaît la réputation ultra sécuritaire de l’établissement sarthois. « La différence n’est pas au niveau des structures, c’est au niveau du fonctionnement interne », répond le prévenu. « C’est par rapport à l’humanisme des surveillants ou pas. Dans cette structure, il y a un blocage systématique des mouvements. On est automatiquement ouverts et accompagnés par cinq surveillants, où que l’on se rende. J’ai entendu que la mutinerie, c’était pour aller boire des cafés chez les autres, c’est ce que disent les surveillants dans les médias, et nous, encore une fois, on...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :