Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Effet de l’anéantissement rétroactif du prêt sur une hypothèque

L’obligation de restituer inhérente à un prêt annulé demeurant tant que les parties n’ont pas été remises en l’état antérieur à la conclusion de leur convention annulée, l’hypothèque en considération de laquelle ce prêt a été consenti subsiste jusqu’à l’extinction de cette obligation.

par D. Chenule 14 novembre 2008

L’étude des effets de l’anéantissement des contrats de restitution sur les garanties des parties est toujours riche d’enseignements. En la matière, la jurisprudence de la Cour de cassation reste remarquablement constante en laissant survivre l’obligation de restitution jusqu’à ce que les parties aient été remises dans l’état dans lequel elles se seraient trouvées si le contrat n’avait pas été conclu.

En l’espèce, un contrat de prêt avait été conclu en vue du financement de l’acquisition de plusieurs lots en état futur d’achèvement. Le prêteur avait obtenu qu’une hypothèque soit inscrite sur les lots pour s’assurer du paiement de l’obligation de restitution de l’emprunteur. Ayant obtenu la résolution du contrat de vente pour défaillance du promoteur, l’emprunteur a sollicité l’anéantissement du contrat de prêt et des garanties afférentes. Dans un ensemble...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :