Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Quand les bonnes paroles du maire n’engagent pas la responsabilité de la commune

par Marie-Christine de Monteclerle 9 octobre 2012

Le fait pour un maire d’indiquer par courrier au riverain d’un chemin rural de faire « au mieux pour résoudre le problème posé par le mauvais état de ce chemin » ne constitue pas un engagement d’assurer l’entretien de ce chemin susceptible d’engager la responsabilité de la commune.

Un usager avait demandé la condamnation d’une commune à...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :