Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Télérecours c’est « la fiabilité et la célérité des échanges »

À partir du 2 avril 2013, la section du contentieux du Conseil d’État se lance dans la dématérialisation des échanges avec les parties. Dominique Kimmerlin, secrétaire générale des tribunaux administratifs et cours administratives d’appel, explique le fonctionnement du système.

La rédaction : C’est le 2 avril 2013 que doit être lancée l’application Télérecours pour le Conseil d’État. Pouvez-vous préciser son calendrier de déploiement ?
Dominique Kimmerlin : Nous avons prévu un calendrier de déploiement en plusieurs étapes, pour être sûrs du bon fonctionnement de l’application et surtout pour bénéficier des leçons de la première étape avant la généralisation à l’ensemble des juridictions administratives. L’application web Télérecours sera accessible à la section du contentieux du Conseil d’État pour les « grandes parties », c’est-à-dire les administrations, et les avocats, à partir du 2 avril. À l’origine, il était prévu également que l’application soit déployée à peu près à la même date dans deux cours pilotes, Nancy et Nantes, ainsi que dans les tribunaux de leurs ressorts. Il s’est avéré que le module développé par les avocats pour accéder à Télérecours n’était pas prêt. Nous avons donc décalé le déploiement dans ces deux cours au 3 juin 2013. Ensuite, la généralisation pour l’ensemble des juridictions hors outre-mer se fera avant le 31 décembre 2013.

La rédaction : Pouvez-vous nous expliquer concrètement ce qu’est l’application Télérecours et ce qu’elle apporte en plus par rapport à Sagace ?
Dominique Kimmerlin : Cela n’a rien à voir....

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :