Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Article 905 : la Cour de cassation livre son interprétation

Lorsque l’appel est relatif à une ordonnance de référé, la procédure est soumise de plein droit aux dispositions de l’article 905 du code de procédure civile et les parties peuvent s’affranchir de leurs délais pour conclure alors même qu’aucune ordonnance de fixation à bref délai n’a été rendue.

par Romain Lafflyle 16 mai 2018

Le Conseil départemental de l’ordre des chirurgiens-dentistes du Rhône et un Syndicat de chirurgiens-dentistes relèvent appel d’une ordonnance de référé qui avait rejeté leur demande tendant à voir ordonner la cessation de fabrication de prothèses par une société. Bien que s’agissant d’une ordonnance de référé, l’affaire avait suivi le circuit classique et n’avait pas été fixée à bref délai par application de l’article 905 du code de procédure civile et les conclusions de l’intimé notifiées au-delà du délai de deux mois (C. pr. civ., art. 909 anc.) avaient été jugées irrecevables par le conseiller de la mise en état puis par la cour d’appel de Lyon sur déféré.

Le pourvoi contre cet arrêt, qui tendait à faire reconnaître que, même en l’absence d’une ordonnance présidentielle, les parties pouvaient s’affranchir des délais de rigueur pour conclure apparaissait téméraire tant les cours d’appel ont pu rappeler que cette thèse n’était recevable qu’à la condition expresse qu’une ordonnance fixant l’affaire à bref délai, conformément à l’article 905 du code de procédure civile, ait été rendue. Mais la Cour de cassation accueille le pourvoi et décide « Qu’en statuant ainsi, alors que lorsque l’appel est relatif à une ordonnance de référé la procédure est soumise de plein droit aux dispositions de l’article 905 du code de procédure civile, même en l’absence d’ordonnance de fixation à bref délai, la cour d’appel a violé le texte susvisé ». Et de casser l’arrêt sur déféré comme l’arrêt sur le fond par voie de conséquence au regard de l’article 625, alinéa 2, du code de procédure civile.

Cet arrêt ne manquera pas d’interpeller la communauté des praticiens de la procédure d’appel, à commencer par les magistrats des cours. Certes, la Cour de cassation avait déjà eu l’occasion de rappeler que « les dispositions des articles 908 à 911 du code de procédure civile ne sont pas applicables aux procédures fixées selon les dispositions de l’article 905 du même code » (Civ. 2e, 16 mai 2013, n° 12-19.119, Dalloz actualité, 7 juin 2013, obs. M. Kebir ; D....

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :