Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

La CJUE défend la vie privée numérique

La Cour de Luxembourg confirme que le droit de l’Union ne permet pas aux États de mettre en place une surveillance généralisée des données de communication électronique de leurs populations.

par Marie-Christine de Monteclerle 2 janvier 2017

Le droit de l’Union européenne « s’oppose à une réglementation nationale prévoyant, à des fins de lutte contre la criminalité, une conservation généralisée et indifférenciée de l’ensemble des données relatives au trafic et des données de localisation de tous les abonnés et utilisateurs inscrits concernant tous les moyens de communication électronique », a jugé la grande chambre de la Cour de justice de l’Union européenne le 21 décembre 2016. L’article 15, paragraphe 1 de la directive 2002/58/CE du 12 juillet 2002, lu à la lumière des articles 7, 8 , 11 et 52 de la Charte des droits fondamentaux, fait également obstacle à une réglementation qui donne aux autorités nationales un accès aux données conservées sans le limiter « aux seules fins de lutte contre la criminalité grave ».

Dans son célèbre arrêt Digital Rights Ireland (CJUE 8 avr. 2014, aff. C-293/12, AJDA 2014. 773 ; ibid. 1147, chron. M. Aubert, E. Broussy et H. Cassagnabère ; D. 2014. 1355, et les obs. , note C....

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :