Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Comment les avocats français investissent le droit des cryptoactifs

Les avocats français spécialisés dans les questions juridiques autour des cryptomonnaies profitent de l’engouement pour ces actifs numériques.

par Gabriel Thierry, journalistele 30 mai 2022

En cette fin avril, à Paris, ils sont quatre juristes à faire leur grand oral. Au programme, une présentation à faire sur les jetons non fongibles, ces certificats de propriété numérique inscrits dans la blockchain (NFT en anglais). Pour gagner leur ticket en finale, ils ont d’abord planché sur la fiscalité ou les risques réglementaires des métavers, ces univers virtuels. Rassurez-vous si vous n’y comprenez rien : les avocats et les juristes qui s’intéressent aux questions juridiques autour des cryptoactifs sont encore assez rares. En France, seuls une poignée de cabinets se sont réellement spécialisés sur cette thématique. Mais ce domaine qui intéresse aujourd’hui les étudiants – ils sont une centaine à s’être inscrits au concours – est devenu une activité de niche florissante. « C’est un marché dynamique : nous avons multiplié notre activité par sept l’an passé », observe ainsi William O’Rorke, du cabinet Orwl, à l’origine de ce concours baptisé « Unchain the law ».

Car treize ans après la création du premier bloc de la chaîne du Bitcoin, qui a donné le go au boom des cryptomonnaies, ces actifs numériques basés sur la cryptographie sont devenus courants. Leur poids dans l’économie n’est pas négligeable, avec une capitalisation totale qui s’élève en ce moment à environ 1 200 milliards de dollars. À Paris, quatre cabinets sont devenus incontournables sur les questions juridiques liées à ces actifs. Il s’agit de Gide Loyrette Nouel, Fieldfisher France, Kramer Levin et d’Orwl avocats. Mais on compte plus généralement une quinzaine de cabinets vraiment investis sur la thématique.

Une activité poussée par les levées de fonds

Cela fait à peu près cinq ans que l’activité juridique autour des cryptoactifs a décollé. « Ce sont les ICO, les levées de fonds en cryptomonnaie qui ont vraiment poussé l’activité juridique », se souvient Hubert de Vauplane, associé chez Kramer Levin. Une activité toujours importante, comme cette levée de fonds...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :