Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Conséquences de la rétractation d’une ordonnance sur requête

Saisi de la demande de nullité des mesures d’instruction exécutées sur le fondement de l’ordonnance sur requête dont il prononce la rétractation, le juge doit constater la perte de fondement juridique de ces mesures et la nullité qui en découle. 

par Mehdi Kebirle 26 janvier 2017

La présente décision revient sur les conséquences de la rétractation d’une ordonnance sur requête. En application des articles 17 et 496, alinéa 2, du Code de procédure civile, lorsqu’il est fait droit à une requête, tout intéressé peut « en référer au juge qui a rendu l’ordonnance ». Comme le relèvent à juste titre certains auteurs, ce référé-rétractation ne consiste pas à offrir aux plaideurs une voie de recours mais plutôt à leur donner un moyen procédural de « provoquer, en aval, un débat contradictoire qui a été évincé, en amont » (RTD civ. 1984. 367, obs. R. Perrot). Le juge de la rétractation doit réexaminer sa décision à la lumière des explications apportées par le défendeur (v. Rép. pr. civ., Ordonnance sur requête, par S. Pierre-Maurice, n° 153).

Une société cessionnaire d’un fonds de commerce reprochait aux cédants d’avoir violé une clause de non-concurrence stipulée dans l’acte de cession. Un juge des requêtes a désigné un huissier de justice aux fins de constatations.

Ces derniers ont sollicité la rétraction de l’ordonnance sur requête.

Saisie sur renvoi après cassation (Civ. 2e, 8 janv. 2015, n° 13-27.740, D. 2016. 449, obs. N. Fricero ), une cour d’appel a rétracté l’ordonnance mais elle a aussi relevé son incompétente pour statuer sur la demande d’annulation des mesures d’instruction effectuées sur la base de cette ordonnance.

À l’issue d’un nouveau pourvoi, une censure est prononcée au visa des articles 496, alinéa 2, et 497 du code de procédure civile.

La Cour de cassation observe que, saisi de la demande de nullité des mesures d’instruction exécutées sur le fondement de l’ordonnance sur requête dont il prononce la rétractation, le juge doit constater la perte de fondement juridique de ces mesures et la nullité qui en découle.

La solution retenue procède du rapprochement de deux principes.

Le premier a trait aux effets de la rétraction d’une ordonnance sur requête. Lorsque l’ordonnance est rétractée, elle est nulle et non avenue, de sorte qu’elle ne peut laisser subsister les mesures d’instruction qui ont été pratiquées sur son fondement. Privées de leur support juridique, ces dernières s’en trouvent nécessairement affectées. La rétractation d’une ordonnance sur requête entraîne l’annulation de tous les...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :