Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Déclaration d’appel hors délai et indivisibilité du litige

Dès lors que son appel est recevable à l’égard d’au moins une partie, l’appelant, qui encourt la nullité de fond de sa déclaration d’appel faute d’avoir intimé l’ensemble des parties dans un litige indivisible, peut interjeter à nouveau appel même à l’encontre de l’une des parties contre laquelle il serait hors délai.

par Romain Lafflyle 21 septembre 2017

Par acte du 11 septembre 2013, une partie relève appel à l’encontre de deux assureurs dont le véhicule était impliqué dans un accident de la circulation et du Trésor Public au lieu de relever appel contre l’agent judiciaire de l’État, seul habilité à représenter l’État français devant les juridictions de l’Ordre judiciaire. Puis, par une seconde déclaration d’appel du 5 mai 2014, les appelants forment appel cette fois à l’encontre de l’agent judiciaire de l’État.

La cour d’appel de Besançon annule la première déclaration d’appel et déclare recevable le second motif pris de l’indivisibilité du litige puisque le premier appel était recevable à l’égard des assureurs nonobstant la signification qui était intervenue à l’égard de l’agent judiciaire de l’État. La Cour de cassation rejette le pourvoi en estimant que dans la mesure où le litige était indivisible, ce qui n’avait pas été critiqué, la cour d’appel avait exactement retenu que la première déclaration d’appel était affectée d’une irrégularité de fond et que dès lors que l’appel était recevable au moins à l’égard d’une partie, il était possible d’appeler en cause d’autres parties après l’expiration du délai pour interjeter appel à l’encontre de l’agent judiciaire de l’État.

Voilà une exacte application de l’article 552 du code de procédure civile qui dispose qu’« En cas de solidarité ou d’indivisibilité à l’égard de plusieurs parties, l’appel formé par l’une conserve le droit d’appel des autres, sauf à ces dernières à se joindre à l’instance », et surtout de l’alinéa second qui ajoute que « Dans les mêmes cas, l’appel dirigé contre l’une des parties réserve à l’appelant la possibilité d’appeler les autres à l’instance ».

En effet, quand bien même l’appel à l’égard d’une partie eut été tardif – en l’occurrence à l’égard de l’agent judiciaire de l’État qui n’avait pas été intimé dans les délais – l’appel à l’égard d’autres parties, s’il était...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :