Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Droit pénal de l’environnement : les enseignements de la première CJIP environnementale

Une première convention judiciaire d’intérêt public vient d’être signée en matière environnementale entre une usine de traitement d’eau et le parquet du Puy-en-Velay pour des faits de déversement de substances nocives pour le milieu aquatique.

Le 16 décembre dernier, le tribunal judiciaire du Puy-en-Velay a homologué la première convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) en matière environnementale en application des dispositions de l’article 41-1-3 du code de procédure pénale consacré par la loi du 24 décembre 2020 relative au parquet européen, à la justice environnementale et à la justice pénale spécialisée n° 2020-1672.

C’est une décision particulièrement attendue en droit pénal de l’environnement, discipline dont le contentieux est le plus souvent tranché par le juge administratif comme en attestent les décisions récentes rendues par le Conseil d’État à l’occasion de l’affaire Grande-Synthe ou par le tribunal administratif de Paris dans l’Affaire du siècle (S. Bridier, Quelle place pour la nouvelle CJIP environnementale, Dalloz actualité, 2 mars 2021 ; P. Dufourq, Nouvelles précisions pratiques relatives à la convention judiciaire...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :