Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Les enseignements de la première vente aux enchères de bitcoins de l’Agrasc

L’Agrasc vient de boucler sa première vente aux enchères de bitcoins saisis dans une affaire judiciaire. Une opération financière préparée depuis plusieurs mois qui devrait se répéter.

par Gabriel Thierryle 30 mars 2021

Quatre ans après avoir évoqué la possibilité, l’Agence de gestion et de recouvrement de savoirs saisis et confisqués (Agrasc) a (enfin) bouclé sa première vente aux enchères de bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies. Le 17 mars dernier, la vente, organisée par l’étude Kapandji-Morange, a en effet permis de récolter 24,6 millions d’euros. Une somme importante à rapprocher aux derniers chiffres publiés par l’agence, dirigée par le magistrat Nicolas Bessone, pour l’année 2019. Elle avait alors vendu 29,1 millions d’euros d’avoirs.

Les 611 bitcoins, saisis dans une affaire de cybercriminalité en cours, ont tous trouvés preneurs. Dans son rapport annuel 2017, l’Agrasc, un établissement public administratif créé en 2010 et placé sous la double tutelle des ministères de la Justice et du budget, préconisait d’accompagner toute décision de saisie de bitcoins « d’une perspective sans délai de...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :