Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Immigration : « bien intégrer suppose de savoir reconduire »

Sur un ton hésitant dans un hémicycle presque vide, le Premier ministre a manié le « en même temps » dans sa déclaration sur la politique migratoire de la France.

par Jean-Marc Pastorle 9 octobre 2019

Cette déclaration, suivie d’un débat, est un rendez-vous annuel voulu par le président de la République. Organisée cette année le 7 octobre, elle aura été boudée par de nombreux députés, surtout de la majorité. Édouard Philippe a commencé par poser un diagnostic : la France connaît en 2018 une hausse de 22 % de demandes d’asile alors que le nombre de demandes baissait de 10 % dans le reste de l’Europe. Des phénomènes liés aux mouvements migratoires « secondaires », c’est-à-dire l’arrivée de nombreux demandeurs d’asile en France après être passés dans un autre pays européen, et à la part importante, au sein de la demande d’asile, des nationalités correspondant à des pays considérés comme « sûrs », tels la Géorgie et l’Albanie. Dans le même temps, les éloignements ont augmenté de 10 % en 2018, un signe d’efficacité de la récente loi Immigration ? Le Premier ministre veut y croire mais il veut surtout mieux maîtriser les flux parce que, dit-il, « bien intégrer suppose de savoir reconduire ». Sur la mise en place de quotas d’immigration, Édouard Philippe dit d’ailleurs n’avoir « pas peur de réfléchir à l’idée».

La France ne doit être ni plus, ni moins attractive

Le gouvernement veut adapter sa stratégie en matière d’immigration autour de six orientations : concentrer l’aide publique au développement sur les régions qui le justifient le plus ; refonder Schengen en rapprochant les systèmes d’asile nationaux ; sans citer l’aide médicale d’État, le Premier ministre a déclaré que si la France doit à l’évidence soigner tous ceux qui résident sur son territoire, « elle ne doit être, ni plus, ni moins attractive que ses voisins » ; donner plein effet à la loi du 10 septembre 2018 pour parvenir à un délai moyen d’examen de six mois des demandes d’asile ; mieux intégrer par le travail et, enfin, continuer à attirer les talents. Pour les étudiants ou les personnes déjà entrées dans la vie active, il propose de fixer chaque année des objectifs d’attraction de compétences rares et de talents.

 

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.