Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

J. Minkowski et L. Vignoli, L’avocat était une femme. Le procès de leur vie

Avec justesse, Julia Minkowski et Lisa Vignoli brossent le portrait de neuf avocates pénalistes, à travers le procès de leur vie, offrant, dans un monde où l’attention est encore surtout centrée sur leurs confrères masculins, une passionnante odyssée pénale.

par Thibault de Ravel d’Esclaponle 26 janvier 2021

Une fois achevée la lecture du livre de Lisa Vignoli et de Julia Minkowski, une première réflexion vient à l’esprit. Le duo est heureusement composé pour cet ouvrage qui laisse la parole aux femmes avocates, œuvrant plus spécialement dans le domaine du droit pénal. Lisa Vignoli est journaliste, Julia Minkowski est avocate, associée du cabinet Temime, dont le fondateur éponyme vient d’ailleurs de publier un bel ouvrage, Secret défense. Journaliste et avocat : le couple est ancestral, nécessaire, difficile, parfois infernal, mais souvent fructueux comme ici. En effet, il fallait tout à la fois les yeux d’une avocate et d’une journaliste pour bien comprendre, et restituer au mieux, cet état de fait qui affecte la société judiciaire contemporaine. Les avocates ne sont guère représentées médiatiquement ; elles sont, selon cette exigence actuelle qui dicte probablement encore trop de choses, « moins connues » que leurs confrères hommes, à l’exception justifiée de la regrettée Gisèle Halimi. On croit avoir dépassé, au moins dans certains cercles, cette épouvantable logorrhée sexiste d’un autre âge. On croit l’égalité désormais totalement acquise partout, ici et là. Et pourtant. Et pourtant, comme le souligne Julia Minkowski dans l’avant-propos, encore aujourd’hui, « comment plaider, bien sûr, mais aussi comment affirmer son autorité et son verbe à l’audience quand on ne vous entend pas "au premier rang" et que magistrats et greffiers vous demandent quel avocat vous êtes venue substituer ». La célèbre table des pénalistes de la buvette des avocats, à son âge d’or, était masculine. Face à ce « quotidien » des pénalistes, Lisa Vignoli et Julia Minkowski nourrissent un projet dont le résultat – ce livre – se révèle passionnant.

Le projet tient en une ambition assumée : faire de cet ouvrage une « table des pénalistes d’aujourd’hui, une table autour de laquelle les femmes, ténoras du barreau, se racontent, évoquent leurs succès et leurs échecs, parlent d’elles sans rougir, et où les hommes les écoutent religieusement, stupéfaits de voir que tant de brio leur avait jusque-là échappé ». À cette fin, neuf avocates sont choisies, neuf femmes qui ont embrassé la carrière de pénaliste, pratiquant toutes d’une façon très différente, exerçant toutes avec une vigueur et avec cette passion fascinante qui anime chaque pénaliste dans la vénération commune de la défense. Ces neuf avocates entreprennent alors de narrer ce que fut « le procès de leur vie », révélant ainsi ce qu’il a parfois impliqué, compte tenu des circonstances spécifiques à chaque affaire, pour chacune d’entre elles. Certains dossiers ont transformé ces neuf avocates ; aucun ne les a laissées indifférentes.

Le résultat ? Neuf portraits soignés, intelligemment et finement brossés. Le sujet (l’avocat) et le sujet du sujet (la personne accusée) tissent des liens spécifiques qui sont parfois difficiles à retracer. Lisa Vignoli et Julia Minkowski y parviennent. Céline Lasek, Cécile de Oliveira, Frédérique Pons, Frédérique Baulieu, Caroline Toby, Marie Dosé, Rachel Lindon, Jacqueline Laffont et Corinne Dreyfus-Schmidt : telles sont les invitées de cette « table des pénalistes », à laquelle se convie parfois, au détour d’un dossier, une figure bien connue, comme celle de Thierry Levy. Les affaires que ces avocates ont choisies ne sont pas toutes d’une grande envergure médiatique, même si l’on y croise certains noms particulièrement célèbres. Ces affaires plongent au cœur de l’âme humaine, de celle de la personne qu’elles défendent, mais aussi de celle de l’avocate en charge du dossier. Les entretiens sont l’occasion de réflexions qui vont bien au-delà de l’affaire et s’évadent vers la justice, rappelant combien celle-ci est toujours une question d’humanité. À travers ces neuf portraits de femmes avocates, par la porte du procès de leur vie, Julia Minkowski et Lisa Vignoli prouvent une fois encore, et à partir d’un constat qu’il faut toujours conserver à l’esprit, toute l’importance de ces odyssées pénales pour bien comprendre notre système judiciaire.

 

J. Minkowski et L. Vignoli, L’avocat était une femme. Le procès de leur vie, JC Lattès, 2021.

 

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.