Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

La justice reconnaît la mention « sexe neutre » sur l’état civil

Voici une décision qui est déjà relayée par la majorité des quotidiens de presse. Et pour cause. Pour la première fois, le sexe neutre est reconnu en France par une juridiction. 

par Thomas Coustetle 16 octobre 2015

Le droit français admet-il la possibilité que le sexe d’un individu ne soit pas déterminable à l’état civil ? La question est inédite et sa réponse encore plus. En effet, il ne s’agissait pas d’un transsexuel qui souhaitait la transposition de sa véritable identité sur son état civil. Sur ce point, il est acquis que lorsque le sexe d’une personne vient à être modifié, la procédure prévoit une transcription à l’état civil de son « identité de genre » c’est-à-dire celle vécue comme telle par l’intéressé. En France, cela résulte des deux arrêts d’assemblée plénière du 11 décembre 1992 qui a jugé, en substance, que lorsqu’à la suite d’un traitement médical subi, la personne ne possède plus les caractères de son sexe d’origine, le respect dû à la vie privée justifie la modification à l’état civil (Cass., ass. plén., 11 déc. 1992, n° 91-11.900 et n° 91-12.373, D. 1993. 1  ; RTD civ. 1993. 97, obs. J. Hauser ).

En l’espèce, le requérant ne se réclame pas...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :