Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

PME et avocats : transparence requise sur les honoraires

Une étude de marché de l’institut Think révèle que, pour les dirigeants de PME, l’un des points faibles de l’avocat est le rapport qualité/prix de la prestation offerte.

par Anne Portmannle 9 mai 2017

L’étude a été présentée le 24 mars 20171, à la bibliothèque du barreau de Paris, lors des « Rencontres de l’Observatoire du CNB », en même temps qu’une étude sur la transmission du patrimoine des particuliers (V. Dalloz actualité, 29 mars 2017, art. A. Portmann ). 

L’avocat, premier interlocuteur sur les questions juridiques

Les problématiques sociales, relatives au contrat de travail, au licenciement, à la pénibilité, à l’hygiène etc. sont de loin les plus fréquentes puisque 74 % des personnes interrogées indiquent y être confrontées « souvent ». C’est la catégorie des questions « administratives », relatives à l’URSSAF, à la sécurité sociale, aux aides et aux subventions, qui arrive en deuxième position, avec 58 % de personnes déclarant qu’elles en rencontrent souvent. Suivent les questions commerciales (sur les contrats, les CGV, les relations aux clients et aux fournisseurs), à 51 %. La vie de l’entreprise et la fiscalité sont citées à 50 % pour chaque catégorie comme revenant souvent. Puis : les problématiques relatives aux fusions et acquisitions, au patrimoine et à la protection de la propriété intellectuelle ou industrielle (moins de 30 %).

Selon l’étude, l’avocat est le premier interlocuteur des PME sur ces questions juridiques (88 % des personnes font appel à lui), devant l’expert-comptable et le commissaire aux comptes (79 %). Le recours aux services internes de l’entreprise n’est que de 38 % et l’appel aux syndicats de la branche...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :