Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Précisions sur le point de départ du délai pour contester les élections professionnelles

La contestation portant sur les résultats des élections, lorsqu’elle est la conséquence d’une contestation du périmètre dans lequel les élections ont eu lieu, lequel n’est pas un élément spécifique au premier tour, est recevable si elle est faite dans les quinze jours suivant la proclamation des résultats des élections.

par Emmanuelle Cuvillierle 16 février 2022

Il résulte de l’article R. 2314-24 du code du travail qu’une contestation relative à l’électorat doit être présentée dans les trois jours qui suivent la publication de la liste électorale, c’est-à-dire le jour de l’affichage. En revanche, s’il s’agit d’une contestation portant sur la régularité des élections professionnelles, elle doit être faite auprès du greffe du tribunal judiciaire (tribunal d’instance avant le 1er janv. 2020) dans un délai de quinze jours à compter de la proclamation des résultats. À défaut de contestation dans ce délai de forclusion, les élections sont purgées de tout vice (Soc. 19 nov. 1987, n° 87-60.178 P).

Ce délai de quinze jours commence à courir à compter du lendemain de la proclamation des résultats du tour contesté. Il en résulte que pour être recevable, la contestation des résultats du premier tour doit être présentée dans les quinze jours suivants leur proclamation par le bureau de vote (Soc. 26 mai 2010, n° 09-60.453, D. 2010. 1489 ; ibid. 2029, obs. J. Pélissier, M.-C. Amauger-Lattes, A. Arseguel, T. Aubert-Monpeyssen, P. Fadeuilhe, B. Lardy-Pélissier et B. Reynès ; Dr. soc. 2010. 1001, obs. F. Petit ). À titre d’illustration, il a été jugé que la contestation des résultats du...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :