Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Protection du droit de propriété : l’expulsion de l’occupant sans titre n’est pas disproportionnée au regard de l’article 8 de la Conv. EDH

Dans la mesure où l’expulsion d’un occupant sans droit ni titre constitue l’unique mesure de nature à permettre au propriétaire de recouvrer la plénitude de son droit sur le bien, l’atteinte portée au droit au respect du domicile de l’occupant, protégé par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, ne peut être considérée comme disproportionnée.

par Delphine Peletle 26 juillet 2019

En l’espèce, des propriétaires assignent en expulsion plusieurs individus qui occupent illégalement leur parcelle. Leur demande est accueillie au fond ; les occupants forment un pourvoi en cassation.

Sur le fondement de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, selon lequel « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance », les occupants font valoir que la perte d’un logement est une atteinte grave au droit au respect du domicile. Ce faisant, toute personne qui risque d’en être victime doit pouvoir faire examiner la proportionnalité de la mesure par un tribunal. Selon eux, il appartenait au juge des référés, constatant l’existence d’un trouble manifestement illicite, d’évaluer l’atteinte aux droits fondamentaux invoquée devant lui, avant d’ordonner toute mesure destinée à mettre fin au trouble. De même, la cour d’appel n’a-t-elle pas mis en balance le droit des propriétaires avec le droit au respect du domicile et de la vie privée des occupants. En outre, celle-ci a ordonné leur expulsion ainsi que l’enlèvement des ouvrages installés sur le terrain, sans prendre le soin de rechercher si de telles mesures n’étaient pas également disproportionnées au regard du préjudice de jouissance allégué par les propriétaires. Les demandeurs au pourvoi reprochent par ailleurs à la cour d’appel d’avoir relevé dans sa décision que l’objectif à valeur constitutionnelle visant à disposer d’un logement décent n’était opposable qu’à la personne publique, non aux propriétaires privés, alors que les demandeurs ne se prévalaient en réalité que du droit au respect de leur domicile et de leur vie privée, protégé par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme.

La Cour de cassation rejette le pourvoi en rappelant que l’expulsion est la seule mesure de nature à permettre au propriétaire de recouvrer la plénitude de son droit sur le bien occupé illicitement. Aussi, l’ingérence qui en résulte dans le droit au respect du domicile de l’occupant, protégé par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, ne saurait être disproportionnée eu égard à la...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :