Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Tout n’est pas permis au nom de la protection de la tranquillité publique

Un maire ne peut pas interdire le stationnement des chiens sur la voie publique ou le bruit de conversations sans limitation de plage horaire et de jours de la semaine.

par Marie-Christine de Monteclerle 21 juillet 2021

Le Conseil d’État a annulé partiellement, le 16 juillet 2021, l’arrêté du maire de Saint-Étienne « portant code de la tranquillité publique », en jugeant qu’il portait une atteinte excessive à la liberté personnelle et en particulier à la liberté d’aller et venir.

Adopté le 15 octobre 2015 et en vigueur jusqu’au 15 janvier 2016, cet arrêté prohibait, dans son article 1er, « toute occupation abusive et prolongée des rues et autres dépendances ». Il précisait notamment qu’était considéré...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :