Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Un mémoire de réclamation doit comporter l’énoncé d’un différend et les chefs de la contestation

Le Conseil d’État précise que le mémoire du titulaire d’un marché public de travaux ne peut être considéré comme une réclamation que si d’une part, il comporte l’énoncé d’un différend et si d’autre part, il expose les chefs de la contestation de façon précise et détaillée. 

par Nathalie Mariappale 5 octobre 2021

Dans le cadre de la restructuration d’une maison de culture, la commune de Bobigny a, par un acte d’engagement du 24 juin 2015, confié la réalisation de réseaux scénographiques à la société Amica pour un montant de 1 139 620,98 €. Par un courrier du 9 juin 2017, et à la suite de retards et autres difficultés intervenues durant l’exécution des travaux, la société Amica a adressé une demande de rémunération complémentaire à la commune. Après s’être vue notifier deux projets de décomptes généraux, la société Amica a contesté le décompte général du marché par un courrier du 18 août 2017. A la suite du silence gardé par la commune, la société Amica a saisi le tribunal administratif de Montreuil afin de condamner la commune de Bobigny au versement d’une somme de 1 263 441,85 €, en plus des intérêts moratoires et de la capitalisation des intérêts. Par un arrêt du 15 juin 2020, la cour administrative d’appel de Versailles a rejeté l’appel formé par la société requérante contre le jugement par lequel le tribunal administratif de Montreuil a initialement rejeté sa demande.

Le Conseil d’État, saisi d’un pourvoi en cassation, s’appuie sur les dispositions de l’article 50 du cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de travaux (CCAG Travaux) : « Si un différend survient entre le titulaire et le maître d’œuvre, sous la forme de réserves faites à un ordre de service ou sous toute autre forme, ou entre le titulaire et le représentant du pouvoir adjudicateur, le titulaire rédige un mémoire en...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :