Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Une loi pour réparer une blessure de l’Histoire

Les anciens harkis et leurs familles pourront bénéficier d’une indemnisation au titre des conditions d’accueil indignes auxquelles ils ont été soumis à leur arrivée en métropole après la guerre d’Algérie.

par Marie-Christine de Monteclerle 9 novembre 2021

Emmanuel Macron s’était engagé, le 30 septembre, à reconnaître et réparer le préjudice subi par les harkis et leurs familles. Tel est l’objet du projet de loi portant reconnaissance de la Nation et réparation des préjudices subis par les harkis, par les autres personnes rapatriées d’Algérie anciennement de statut civil de droit local et par leurs familles du fait des conditions de leur accueil sur le territoire français, que le conseil des ministres a adopté le 3 novembre.

Le texte commence par un mea culpa : « La Nation exprime sa reconnaissance aux harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives et assimilés de statut civil de droit local qui ont servi la France en Algérie et qu’elle a délaissés. » Le Conseil d’État souhaitait écarter cette phrase, dépourvue de portée normative ;...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :