Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

« On ne peut pas être le même après avoir participé à une décision de condamnation »

La loi n° 2011-939 du 10 août 2011 sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs prévoit la participation de citoyens assesseurs au jugement de certains délits graves et à certaines décisions de libération conditionnelle au côté des juges professionnels. Depuis janvier 2012, des citoyens assesseurs ont participé aux premières audiences et délibérations. L’un deux, d’une trentaine d’années, professionnel de la santé, nous fait partager son expérience.

La rédaction - Avant d’être appelé à siéger en tant que citoyen assesseur, étiez-vous sensibilisé à la justice, et plus particulièrement au droit pénal ?
F. B… - : Le premier contact avec la justice s’est fait au travers d’un module de déontologie durant ma formation. On nous a parlé de l’intention de nuire afin de nous sensibiliser au problème de la responsabilité civile.
De plus, j’ai dans mon entourage des personnes qui ont suivi un cursus universitaire en droit. Nous avions donc échangé sur des situations concernant le droit pénal, mais sans aucune commune mesure avec l’expérience de citoyen assesseur.

La rédaction - Quelle a été votre réaction lorsque vous avez reçu la lettre vous annonçant que vous avez été retenu comme citoyen assesseur ?
F. B… - Pour être honnête, quand j’ai lu la lettre m’informant que j’étais désigné comme citoyen assesseur, je n’avais pas envie d’y participer. En effet, je travaille et je ne voulais pas « perdre » des jours de salaire. J’ai pensé que j’avais vraiment autre chose à faire.
Puis, je me suis rendu à la formation. Cette journée a été décisive, puisqu’elle a complètement changé mon opinion. Après cette présentation de la Justice, j’étais vraiment impatient de siéger et de participer au processus de décision sur la responsabilité et la sanction.

La rédaction - Vous avez reçu une formation afin de vous sensibiliser sur la justice. Estimez-vous cette formation adaptée à la mission de citoyen assesseur ?
F. B… - Durant cette formation, l’organisation de la justice nous a été présentée. Cela m’a permis de comprendre la différence entre un crime et un délit. En effet, avant, lorsque j’écoutais les médias qui relataient des affaires judiciaires, cela me paraissait très confus. Maintenant, je comprends mieux la répartition des compétences entre les différents tribunaux.
Par ailleurs, on nous a présenté les différents types de peines. Nous avons aussi visité un établissement pénitentiaire, pour nous montrer la réalité de cet univers.
J’ai donc pu cerner avec plus de précision en...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

F. B...

F. B..., qui a souhaité gardé l'anonymat, sa mission de citoyen assesseur s'achevant en décembre 2012,  est âgé d'une trentaine d'années et exerce la profession de kinésithérapeuthe.