Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

Retour sur le Brexit et ses conséquences

Lauréat du 10e prix August-Debouzy/Club des Juristes pour son ouvrage Le Brexit. Une histoire anglaise publiée dans la collection les Sens du droit aux éditions Dalloz, le professeur Aurélien Antoine revient pour nous sur l’actualité récente des relations post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’union européenne.

le 6 septembre 2021

La rédaction : Huit mois après l’entrée en vigueur du Traité de commerce et de coopération (TCC), quel bilan dresser des nouvelles relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ?

Aurélien Antoine : Il est incontestable que l’Union européenne et le Royaume-Uni n’entretiennent pas des relations apaisées depuis le 1er janvier. Cependant, c’est l’inverse qui eût été surprenant, et ce, pour plusieurs raisons propres à chacune des deux parties. Du côté du gouvernement britannique, le Brexit est d’abord un dossier politique marqué par les ambitions parfois peu réalistes des brexiters promouvant le slogan simpliste du « take back control » ou l’idée floue d’une Global Britain. Depuis que le Brexit n’est plus au cœur de l’agenda politique aujourd’hui dominé par la pandémie, l’équipe de Boris Johnson ne semble pas toujours y accorder l’importance nécessaire, sauf s’il est possible d’en faire une exploitation à son profit. Au début de l’année, la « mini-crise » liée à l’accès aux zones de pêches de Jersey en a été un exemple. Le Premier ministre britannique a sauté sur l’occasion pour marquer son autorité en envoyant des frégates, avec quelques arrière-pensées électorales puisque des scrutins locaux avaient lieu la même semaine. Plus structurellement, l’administration britannique ne s’est pas bien préparée au Brexit. Le gouvernement n’a pas pris la pleine mesure des défis que soulève une rupture avec l’Union européenne après presque cinquante ans d’intégration. Du côté européen, la rigueur juridique domine : les Britanniques doivent appliquer à la lettre ce qui a été conclu dans les deux traités. Ce positionnement est logique de la part d’une organisation supra-étatique dont le pouvoir principal réside en la production de normes contraignantes pour les États membres. Mais c’est aussi la traduction d’une stratégie qui consiste à démontrer que sortir de l’Union n’est pas un long fleuve tranquille.

Les inconséquences britanniques et la rigidité de l’Union ne sont, pour les dossiers sensibles, que les premières étapes d’une valse...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Aurélien Antoine

Aurélien Antoine est Professeur de droit public près l'Université jean-Monnet Saint-Étienne. Il est par ailleurs Directeur de l'Observatoire du Brexit.