Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Le droit en débats

Chers Diplomé(e)s du CAPA,

Les résultats de l’EFB viennent d’être publiés. Nous nous réjouissons pour vous, pour celles et ceux qui vous sont chers, pour cette étape dans votre parcours personnel et pour ce commencement qui est synonyme d’espérance.

Par Xavier Autain et Clotilde Lepetit le 29 Octobre 2020

Vous rejoignez la plus belle des professions après un parcours universitaire exigeant. La plus belle de toutes. Diverse des talents qui la composent, riche d’une histoire unique, sensible aux fluctuations les plus infimes de notre société, vigilante et engagée dans les combats les plus âpres pour nos libertés, victorieuse d’accomplissements qui honorent notre communauté et notre société tout entière. Ne laissez jamais personne prétendre le contraire.

C’est une profession exigeante aussi, qui se transforme significativement et qui nous contraint à opérer des mutations importantes, à nous réinventer. Votre parcours ne sera pas aussi linéaire que celui de nos aînés. Vous changerez de spécialités, la territorialité de votre exercice professionnel sera désormais différente, les cultures juridiques du monde entier se mêleront plus que jamais et influenceront notre exercice et le droit que nous pratiquons. Vous serez avocat partout.

Votre histoire professionnelle commence aujourd’hui : n’attendez pas d’être en cinquième année d’exercice pour vous interroger sur ce que vous souhaitez être, comme si les premières années d’exercice devaient impérativement être des années de contraintes, une sorte d’impôt qu’il vous faudrait payer pour accéder au bonheur professionnel. Munissez-vous dès à présent des outils qui vous permettront de mieux appréhender les choix qui s’offriront à vous. Aucune forme d’exercice n’est supérieure à une autre, et ce sera votre droit le plus légitime de choisir celui qui vous convient le mieux. Nous tous, qui avons emprunté ces chemins avant vous, nous serons là pour vous. Ne restez pas seuls. Posez des questions, sollicitez vos aînés pour des conseils. Nous avons vécu les mêmes questionnements. Si nous pouvons vous éviter quelque tracas, vous aider à choisir, alors nous aurons été utiles.

Vous n’entrez pas dans la profession à un moment anodin : une crise sans précédent touche notre société et notre barreau. Fragilisant nombre d’entre nous, mettant en suspens des projets, des recrutements, brouillant ou hypothéquant notre avenir le plus immédiat, transformant nos usages, notre relation à autrui et au monde. Tenez bon. Vous avez déjà ressenti dans votre expérience les contraintes de cette crise : vous avez dû construire ou reconstruire avec vos camarades un lien via des outils de communication virtuelle, suivre des cours à distance, continuer vos stages depuis vos domiciles, passer des épreuves par écran interposé. Ce qui vous aura permis de surmonter ces contraintes, ce n’est pas seulement votre capacité d’adaptation, sollicitée il est vrai, c’est votre âme, votre humanité, ce lien invisible que vous aurez établi et qui aura témoigné de votre engagement. Cette épreuve aura sublimé vos qualités humaines, votre intelligence émotionnelle et sociale. Soyez assurés que vous aurez besoin chaque jour de ces qualités, lorsque nous aurons retrouvé, toutes et tous, le libre chemin de nos cabinets, de ces lieux de justice que nous aimons, de ces entreprises et organisations que nous accompagnons.

Vous entrez dans la plus belle des professions. Et nous avons l’intention tous deux de la servir et d’être à votre écoute, d’y susciter un réenchantement, d’apporter transparence et éthique dans la conduite de notre ordre, car nous ne pouvons pas prétendre défendre des valeurs pour nos clients et ne pas en faire la sève de notre gouvernance et de notre fonctionnement interne. C’est cet idéal et cette exigence qui nous animent.

Nous avons de cette profession une vision incarnée, à travers des rencontres, des expériences, des moments de magie, qu’il nous arrive de nous remémorer les soirs de froid, lorsque – cela arrive aussi – le découragement frappe à notre porte.

Clotilde pourra vous raconter quand vous la rencontrerez qu’elle a vu partir en prison des clients dont elle savait la conscience belle et les chagrins, avec la conviction que le retour en prison venait briser des mois d’efforts sincères de réinsertion. Le retour en prison n’était que plus destructeur d’avenir pour tout le monde et elle en prenait alors la mesure physique.

Xavier pourrait évoquer cette cliente perdue dans son problème d’assurance où des sommes importantes lui étaient indûment réclamées et qui, pendant les dix années qui ont suivi la fin de son dossier, lui a adressé chaque année une lettre début janvier adressant ses vœux et venant aux nouvelles des évolutions de la vie.

Chacune et chacun des 70 000 avocats de France ont frissonné d’histoires similaires, de rencontres éblouissantes, et qui donnent quotidiennement un sens à notre engagement. Des amitiés indéfectibles sont nées dans cette profession. Des combats collectifs ont été menés. Nous nous sommes mobilisés pour notre indépendance il y a encore peu. Nous recommencerons à chaque fois qu’il le faudra. C’est cette communauté que vous rejoignez. Vous êtes des avocats aujourd’hui. Soyez les bienvenus.

Commentaires

Bonjour,
Je suis un justiciable lambda de 56 ans mais titulaire d une maîtrise en droit obtenue en 2019. Je voudrais nuancer votre enthousiasme. J ai fait tardivement du droit car j ai été déçu et je le suis encore par des comportements d avocats et notaires. Insuffisances de compétences, d intérêt pour le dossier, de réactivité, de Loyauté même. Ces professionnels me semble t il ont parfois tendance à manquer légèrement de modestie et d empathie. En espérant que mon commentaire ne sera pas censuré. Bien cordialement.

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.