Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Portrait

« Impossible d’être avocat sans être écrivain »

par Elodie Touretle 5 avril 2013

Il donne rendez-vous dans un troquet parisien, juste en face de son cabinet. Journal et Perrier-tranche, assis au fond de la salle, un peu en retrait du brouhaha du percolateur et des serveurs qui s’entrecroisent. On devine qu’il y a ses habitudes, on se demande si les personnes attablées se retrouveront un jour dans un roman. « Je voulais être écrivain, ou plutôt, je voulais écrire mais je savais qu’il fallait que je fasse un vrai métier. » Mathieu Simonet est ainsi d’abord devenu avocat. Il est aujourd’hui aussi écrivain. À moins que cela ne soit l’inverse.

S’il n’est pas avocat, « c’est la page blanche »

« Un écrivain publié », précise même l’élève d’une classe de troisième avec qui il a travaillé durant une année scolaire. Marc Beltra, roman autour d’une disparition est paru en janvier, c’est son quatrième livre publié. Il y raconte l’histoire de Marc Beltra, jeune homme disparu en décembre 2003 à la frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie. « Je suis l’avocat de la famille, la mère du garçon m’a demandé d’écrire ce livre pour qu’on n’oublie pas son fils. »

Lorsqu’il doit s’inscrire à la fac, Mathieu Simonet choisi d’abord droit et histoire de...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Mathieu Simonet

Co-fondateur et associé du cabinet 111, cabinet « dédié aux professionnels de la création et de la communication », Mathieu Simonet a prêté serment en 1997. Il intervient notamment en droit d'auteur, droit de la publicité, droit des jeux et droit de la télévision interactive. Il a publié Les Carnets blancs aux éditions du Seuil, en février 2010 ; La maternité aux éditions du Seuil, en mai 2012 ; Les corps fermés aux éditions Emoticourt, en mai 2012 ; et Marc Beltra, roman autour d’une disparition aux éditions Omniscience, en janvier 2013.