Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Version imprimableEnvoyer à un amiExport-A+A
Le droit en débats

Appel des avocats à voter Emmanuel Macron contre le Front national

« La loi n’est l’expression de la volonté générale que dans le respect de la Constitution ».

le 02 Mai 2017

Notre République repose sur un socle de valeurs fondamentales que sont la Justice, l’égalité, la sécurité, la fraternité, le pluralisme des opinions et le respect des croyances.

Marine Le Pen veut sans ambiguïté renverser ces valeurs au profit de l’autoritarisme, de la xénophobie, du repli sur soi, du corporatisme et de la haine de l’autre.

Le programme du Front National, et partant son arrivée au pouvoir, conduirait à la fin de l’Etat de droit puisqu’il est en contradiction avec nos principes constitutionnels et conventionnels.

Nous, avocats, participons au quotidien, aux côtés des magistrats et des autres professions judiciaires, au fonctionnement de la Justice démocratique. Chaque jour, nous menons nos petits et grands combats pour y contribuer.

Nous avons aujourd’hui un autre combat à mener : rassembler nos forces et lutter pour que Marine Le Pen n’accède pas à la magistrature suprême et que le résultat des urnes traduise un sursaut massif et démocratique.

Notre appel et notre engagement sont clairs. Il n’y aucune place pour un « ni ni » qui rompt non seulement le front républicain, mais qui affaiblit la République toute entière.

Il est de notre devoir, pour faire barrage au Front National, de voter et d’appeler à voter Emmanuel Macron.

 

Basile Ader, Matthieu Boissavy, Jean-Marie Burguburu, Frédérique Cassereau, Christian Charrière-Bournazel, Emmanuel Daoud, Eric Dezeuze, Sabrina Goldman, David Gordon-Krief, Kami Haeri, Pierre Hoffman, Richard Malka, François Saint-Pierre, Daniel Soulez-Larivière, Eric Spitz, Jean-Pierre Versini-Campinchi, Naïma Moutchou.

L’appel des avocats est à retrouver et à signer ici.

 

 

 

Crédit photo © AFP / Jean-Sébastien Evrard

Commentaires

Les avocats se soucient plus de faire gagner leurs clients que de justice démocratique, qu'ils interprètent dans un sens puis dans le sens contraire, selon leurs intérêts.

Les avocats n'ont pas collectivement, à se mêler de politique, et à parler au nom de la profession.

Afin de prendre position, le collectif a t il pu s'assurer qu'Emmanuel MACRON renonçait à son projet de "départementalisation" des TGI et par voie de conséquence de la quasi suppression de tous les petits barreaux
Cette régionalisation de la justice n'est elle pas contraire au principe d’accès au droit de tous!! et n'est-ce pas aussi un vecteur de suppression de la Justice démocratique

Maryse PIPART, ancien bâtonnier, membre du conseil de l'ordre du BARREAU DE CAMBRAI (59)

Il s'agit de défendre nos valeurs fondamentales, notre état de droit et non pas notre petit pré carré...
Le principal et l'accessoire : ne mélangeons pas tout !

Correction : ce n'est pas l'appel DES avocats, mais l'appel de certains avocats qui se sont cru autorisés à donner leur avis. Je ne vois pas quelle est la légitimité de notre profession à s'immiscer dans des élections nationales.

Face à un tel enjeu, il est dérisoire de se retrancher derrière des intérêts purement corporatistes.
Nous sommes par essence les premiers défenseurs des libertés.
Notre devoir nous impose de voter massivement et d'appeler à voter Emmanuel Macron contre une candidate dont le programme conduirait inévitablement à la fin de l'Etat de droit
Frédéric Landon, ancien bâtonnier du barreau de Versailles

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.