Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Version imprimableEnvoyer à un amiExport-A+A
Interview

La profession d’avocat aux conseils toujours aussi difficile d’accès

Grâce à la loi Macron, est-il plus facile de devenir avocats aux conseils aujourd’hui ? Non, d’après la députée Cécile Untermaier, membre de la mission d’information sur l’application de cette loi. À ses yeux, la logique de l’entre-soi perdure au sein de cette profession.

Elle dénonce le fait qu’une commission, composée notamment de membres du Conseil d’État et de la Cour de cassation, soit chargée de classer par ordre de préférence les candidats aux offices créés. D’après elle, la difficulté à obtenir le certificat d’aptitude à la profession d’avocat aux conseils (CAPAC) est une sorte de numerus clausus déguisé.

La vidéo est également disponible ici.

Vidéo réalisée par Caroline Fleuriot avec Anne Portmann.

Le rapport sur l’application de la loi Macron, du 15 février 2017, est disponible ici. Le premier rapport, du 22 mars 2016, est accessible ici

Commentaires

Parce que, bien entendu, les politiques ne pratiquent pas la "logique de l'entre soi". Et surtout pas les socialistes. Non mais, on rêve...

Mme Untermaier aime beaucoup s'exprimer sur des sujets dont elle n'a pas la moindre connaissance.

Elle affirme que les collaborateurs d'avocats aux Conseils renoncent "sans doute" à tenter le CAPAC parce qu'il n'y aurait pas de perspectives pour eux de devenir avocat aux Conseils, sans s'imaginer un instant qu'il pourrait y avoir des collaborateurs à qui cette vie professionnelle convient parfaitement.

Il aurait été intéressant que l'honorable parlementaire vérifie, plutôt que d'asséner, si des collaborateurs sont contrariés dans leur volonté de devenir avocat aux Conseils. Mais leur donner la parole lui a paru superflu.

Et Mme Untermaier ne cesse d'affirmer que le nombre de charges n'a pas évolué depuis le XIXe siècle, en omettant toujours de préciser que, depuis 1978, plusieurs avocats peuvent être titulaires ensemble d'une même charge, si bien que leur nombre a quasiment doublé depuis trente-neuf ans.

Enfin, elle méconnaît totalement la particularité du contrôle de légalité auquel contribue la profession quand elle affirme que n'importe quel avocat à la Cour pourrait l'épouser (pas elle, la profession).

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Cécile Untermaier

La députée Cécile Untermaier (Parti socialiste) est vice-présidente de la commission des lois de l’Assemblée nationale. Elle est membre de la mission d’information commune sur l’application de la loi Macron et a participé à la mission d’information sur les professions juridiques règlementées.