Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

L’APCARS : quand la sonnette d’alarme est tirée à tous les étages du tribunal

L’association de politique criminelle appliquée et de réinsertion sociale (APCARS) alerte sur les conséquences des retards de paiement – 1,6 millions d’euros – qu’accuse à son endroit la Chancellerie.

par Thomas Coustetle 18 février 2016

À l’heure où tous les auxiliaires de justice du tribunal de grande instance de Bobigny ont engagé ce lundi 15 février une mobilisation sans précédent pour dénoncer leurs conditions de travail en état de délitement et le manque de moyens alloués par l’État (V. Dalloz actualité, 16 févr. 2016, art. C. Fleuriot ), une association entend tirer la sonnette d’alarme sur ses difficultés : l’APCARS.

Cette structure, qui accompagne la justice dans le ressort des cours d’appel de Paris et d’Aix-en-Provence, a été fondée par la Chancellerie elle-même dans les années 80. Elle assure le lien entre la prison et la société en réalisant notamment des « enquêtes...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :