Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

Course au bâtonnat de Paris : le lacet et la potion magique

Quelques semaines avant les élections pour le bâtonnat, les candidats se prêtent au jeu du portrait chinois. Au tour du binôme David Gordon-Krief et Hubert Flichy.

le 2 juin 2015

La rédaction : Si vous étiez un avocat qui a marqué l’histoire ?

David Gordon-Krief : Serge Klarsfeld, en référence tout d’abord à mon histoire familiale. Je trouve que cet homme, qui voue sa vie à la mémoire, a un courage fou. Je dois aussi mentionner son épouse (Beate Klarsfeld), qui n’est pas juive et est à ses côtés dans ce combat. C’est un couple merveilleux pour lequel j’ai immensément d’admiration.

Hubert Flichy : Henri Leclerc. Il n’y a plus rien à dire sur lui. C’est lui qui a les qualités d’éloquence les plus modernes, malgré son âge. Il incarne la sobriété et l’efficacité dans la plaidoirie.

La rédaction : Si vous étiez un juge ?

Hubert Flichy : Je serais Jean Laroque, ancien procureur général de la Cour de cassation et ancien président de la chambre sociale de la Cour de cassation. Il a été l’un des créateurs de la sécurité sociale. C’est le maître à penser du droit social.

David Gordon-Krief : Pierre Drai, ancien président de la Cour de cassation qui est pour moi l’un des meilleurs juristes. Il est d’une intégrité et d’une honnêteté absolue.

La rédaction : Si vous étiez un homme ou une femme politique ?

David Gordon-Krief : J’ai envie de dire Robert...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

David Gordon-Krief et Hubert Flichy

David Gordon-Krief et Hubert Flichy se présentent aux élections du bâtonnat de Paris des 23 et 25 juin 2015. En cas de victoire, David Gordon-Krief sera bâtonnier et Hubert Flichy vice-bâtonnier.