Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

Course au bâtonnat de Paris : Malesherbes, Saint-Louis et l’Ordre national

Quelques semaines avant les élections pour le bâtonnat, les candidats se prêtent au jeu du portrait chinois. Au tour de Patrice Rembauville-Nicolle.

le 4 juin 2015

La rédaction : Si vous étiez un avocat qui a marqué l’histoire ?

Patrice Rembauville-Nicolle : Je n’ai pas hésité une seconde : Malesherbes. C’est un grand personnage qui a pris des risques. Il est connu pour avoir été l’avocat de Louis XVI mais ce que l’on sait moins, c’est que sans lui, l’Encyclopédie n’aurait pas existé, car, responsable de la censure royale, il a, malgré tout, laissé faire les Encyclopédistes. C’était un homme courageux.

La rédaction : Si vous étiez un juge ?

Patrice Rembauville-Nicolle : J’ai un peu hésité. Il ne me semble pas qu’il y ait de grands juges à l’époque actuelle. J’ai choisi René Cassin, qui a été vice-président du Conseil d’État, mais qui a eu un rôle tellement important pour les droits de l’homme que j’y pense avec émotion. Ses héritiers m’avaient proposé de récupérer sa collection complète de recueils Dalloz, annotée de sa main. Mais par manque de place, j’ai dû décliner l’offre. Elle est aujourd’hui à la bibliothèque de l’Ordre.

La rédaction : Si vous étiez un homme ou une femme politique ?

Patrice Rembauville-Nicolle : Avec provocation, je répondrais moi-même. J’ai hésité entre...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Patrice Rembauville-Nicolle

Patrice Rembauville-Nicolle se présente aux élections du bâtonnat de Paris des 23 et 25 juin 2015.