Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

« Il est nécessaire de créer des parquets antiterroristes déconcentrés »

Simon Cohen a été l’avocat des familles juives victimes de Mohammed Merah. Selon lui, le système centralisé doit évoluer et la lutte préventive contre les attentats terroristes disposer davantage de moyens déconcentrés.

le 31 mars 2015

La rédaction : Vous avez été l’avocat des parties civiles dans l’affaire Merah. Le rôle de l’avocat dans ce genre d’affaires a-t-il une spécificité particulière ?

Simon Cohen : Le travail est le même, quelle que soit l’affaire que nous traitons. Nous ne sommes pas juge ni parquetier. Tel que je le conçois, l’avocat défend une cause, qui peut être la cause des parties civiles ou la cause des personnes poursuivies. Et quelle que soit la défense dont il est chargé, dès lors qu’il l’accepte, son devoir est de la faire entendre. Ce devoir reste toujours le même. S’il éprouve une réticence, il doit, dans l’exercice de sa clause de conscience, refuser d’intervenir. C’est aussi simple que cela.

La rédaction : Vous militez depuis longtemps pour la création d’une juridiction interrégionale spécialisée à Toulouse. Pourquoi ?

Simon Cohen : Nous avons hérité d’une vieille tradition jacobine. Tout part du centre. C’est ainsi que l’on crée le parquet antiterroriste à Paris. C’est une erreur. Il faudrait pratiquer la...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Simon Cohen

Simon Cohen est avocat pénaliste au barreau de Toulouse.