Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

Richard Sédillot, aux côtés d’un condamné à mort français

La justice indonésienne va se pencher aujourd’hui sur la situation du Français Serge Atlaoui. Rencontre avec son avocat français, Richard Sédillot.

le 1 avril 2015

La rédaction : Vous êtes l’avocat français de Serge Atlaoui, Français condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue. Où en est ce dossier ?

Richard Sédillot : Serge Atlaoui a introduit le dernier recours qui lui est offert, un recours qui pourrait être comparé à notre recours en révision. Lors de l’audience, qui va se tenir ce 1er avril, il est probable malheureusement que le tribunal de première instance décide de transmettre ce dossier à la Cour suprême avec un avis défavorable. La Cour suprême décidera ensuite si la peine doit être commuée ou pas.

La rédaction : Les choses peuvent aller vite ?

Richard Sédillot : C’est très variable. Deux ressortissants chinois attendent depuis huit mois la décision de la Cour suprême. Mais pour le dossier de Serge Atlaoui, le parquet général semble très pressé. On doit absolument continuer à travailler sur le plan diplomatique. C’est essentiel. Je suis en contact quotidiennement avec le quai d’Orsay et la cellule diplomatique de l’Élysée pour essayer de trouver des solutions qui permettront de le sauver. La diplomatie française est très attentive à ce dossier.

La rédaction : Sur d’autres dossiers, est-il plus difficile d’obtenir ce soutien ?

Richard Sédillot : Lorsque j’ai eu besoin de la diplomatie française, je l’ai trouvée assez présente. Elle exige une certaine discrétion. Nous n’avons pas parlé du dossier de Serge Atlaoui pendant huit ans. Mais, désormais, il nous paraît essentiel de communiquer car les choses se précipitent. Nous n’avons pas voulu faire de la publicité...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Richard Sédillot

Richard Sédillot est avocat au barreau de Rouen depuis 1988. L'avocat plaide très régulièrement à l’étranger, notamment à l’occasion de procès politiques. Il est vice-président de la commission internationale et membre de la commission des droits de l’homme du Conseil national des barreaux. Richard Sédillot est co-fondateur de l’association La voie de la justice et administrateur de la Conférence internationale des barreaux.