Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Interview

Christiane Féral-Schuhl : « Dois-je rappeler que les avocats ont largement construit la République ? »

Le débat autour de la moralisation de la vie publique, à la suite du scandale Cahuzac, a provoqué l’ire des avocats, accusés d’être des « complices » de la fraude fiscale ou d’être - s’ils étaient parlementaires - les maîtres du conflit d’intérêt. Le bâtonnier de Paris, Christiane Féral-Schuhl, dénonce « la création d’une image désastreuse de l’avocat ».

le 19 avril 2013

La rédaction : Le décret passerelle a été abrogé, un an après sa publication, et à un moment politique opportun…
Christiane Féral-Schuhl : C’est pour nous une grande victoire, le résultat de notre détermination. Le barreau de Paris est mobilisé depuis février 2012. Durant la campagne présidentielle, nous avions obtenu l’engagement de François Hollande de retirer ce texte. Depuis, je n’ai accepté aucun accès dérogatoire au titre de l’article 97.1.

La rédaction : Combien de demandes d’hommes ou femmes politiques avez-vous reçues ?
Christiane Féral-Schuhl : Dans ce genre de situation, les dossiers ne sont déposés qu’après un échange. Au final, nous n’avons pas eu de dossier déposé, car nous avons toujours prévenu les éventuels candidats que nous refuserions d’examiner leur demande.

La rédaction : Alors, combien de demandes avez-vous eues ?
Christiane Féral-Schuhl : De demandes informelles ? Disons...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :

Christiane Féral-Schuhl

Christiane Féral-Schuhl est bâtonnier de l'Ordre des avocats de Paris.