Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Le droit en débats

La lutte contre les abus et les fraudes causés par le démarchage téléphonique

Par Georges Decocq le 21 Octobre 2020

Une nouvelle boîte à outils

La loi n° 2020-901 du 24 juillet 2020 visant à encadrer le démarchage téléphonique et à lutter contre les appels frauduleux cherche à limiter les nuisances téléphoniques en remédiant à l’inefficacité des règles encadrant le démarchage téléphonique et en perfectionnant les outils prévenant le démarchage intempestif.

Un droit inefficace

Le droit français repose sur la possibilité, offerte à tous les consommateurs, de manifester leur opposition à être démarchés par téléphone à des fins commerciales. Il s’agit d’un mécanisme dit d’opt out, où le consentement est supposé acquis, mais où la liberté est laissée aux consommateurs de refuser le démarchage. Le droit d’opposition permet aux consommateurs de s’inscrire sur une liste répertoriant les personnes ne souhaitant pas être démarchées dite « liste Bloctel », que doivent consulter les entreprises avant une opération de démarchage.

Depuis le 1er juin 2016 (et pour cinq ans), c’est la société Opposetel qui gère (dans le cadre d’un contrat de délégation de service public) la liste d’opposition au démarchage téléphonique (v. le site internet www.bloctel.gouv.fr).

Si le fichier Bloctel a permis d’obtenir certains résultats significatifs (en moyenne, en 2018, chaque numéro de téléphone inscrit sur le registre Bloctel a été retiré plus de huit fois par semaine des listes de prospection téléphonique), persiste une certaine inefficacité (les personnes inscrites continuent de recevoir des appels).

Le Parlement a maintenu ce système tout en cherchant à l’améliorer.

Une réforme

Tout d’abord, la loi a pour objectif de rendre efficace le dispositif Bloctel :

• en facilitant les démarches du consommateur (obligation pour certains professionnels d’informer les consommateurs de l’existence de cette liste, faciliter le renouvellement tacite de l’inscription sur la liste) ;

• en créant une obligation à la charge des démarcheurs (obligation pour les professionnels de mettre en conformité leurs fichiers comprenant des coordonnées téléphoniques avec la liste) et en limitant leurs droits (limitation de l’exception permettant le démarchage téléphonique nonobstant l’inscription sur la liste à la seule hypothèse d’un contrat en cours) ;

• permettant de contrôler Opposetel en lui demandant de rendre accessibles en open data les données essentielles de son activité et de publier celles-ci dans son rapport annuel.

La loi instaure ensuite une régulation du démarchage. Pour mettre fin à des pratiques qui nuisent à la crédibilité d’un secteur stratégique, la loi interdit toute prospection commerciale de consommateurs par voie téléphonique ayant pour objet la vente par des professionnels d’équipement ou de travaux destinés à des logements et permettant la réalisation d’économies d’énergie ou la production d’énergies renouvelables.

Lorsque le démarchage téléphonique non sollicité est autorisé (par ex. consommateur non inscrit à Bloctel, exception prévue pour les contrats en cours, prospection en vue de la fourniture de journaux, de périodiques ou de magazines, appels téléphoniques passés en vue de la réalisation d’études ou de sondages), les professionnels devront :

• respecter les règles fixant les jours et horaires ainsi que la fréquence auxquels les appels non sollicités peuvent avoir lieu ;

• fournir aux personnes démarchées un ensemble d’information ;

• respecter les normes déontologiques contenues dans un code de bonnes pratiques.

Enfin, la loi cherche à rendre dissuasives les sanctions encourues en cas de manquement aux normes encadrant le démarchage téléphonique.

En faveur du consommateur, la loi instaure, d’une part, une présomption simple de responsabilité des professionnels tirant profit du démarchage téléphonique en cas d’agissements contrevenant à l’opposition au démarchage téléphonique et, d’autre part, une nullité de plein droit de tout contrat conclu à la suite d’un démarchage téléphonique réalisé en violation du cadre légal.

La loi relève aussi le montant des sanctions administratives applicables en cas de méconnaissance par les professionnels de leurs devoirs en matière de démarchage téléphonique et rend publiques, par principe et sauf exception, les sanctions administratives prononcées par la DGCCRF aux frais de la personne sanctionnée.

Une réponse suffisante ?

Une interrogation surgit néanmoins : n’aurait-il pas été préférable de concevoir aussi un système dit d’opt in, où le consentement préalable du consommateur avant tout démarchage serait requis ? Certains pays européens, dont l’Allemagne, ont adopté des systèmes d’opt in. Le Parlement français a refusé d’entrer dans cette voie. Il a estimé que l’opt in entraînerait d’importants bouleversements économiques pour les entreprises, notamment les PME, ainsi que pour le secteur des centres d’appels. En outre, l’opt in ne permettrait pas de résoudre le problème des appels frauduleux.

Commentaires

Voilà une excellente nouvelle. Il est en effet rare qu'il soit possible de déjeuner sans qu'un appel non sollicité de démarcheurs de tous acabits, se présentant au surplus avec une prétendue habilitation du gouvernement pour vous proposer de vous aider dans l'obtention de financement pour isoler votre demeure ou pour vous dire que tout peut sde faire pour 1 €.
Le opt in ne gênerait guère les tpe puisqu'elles ne sont pas au nombre des perturbateurs.

Les rédacteurs de la loi du 24 juillet 2020 et les parlementaires qui lui ont donné l'onction de leur vote sont-ils les seuls français à ne pas avoir été dérangés à tout bout de champ et à toute heure ? Chacun sait que les appels indésirables continuent de plus belle. Comment dans ces conditions peut-on, même de bonne foi, adopter un texte totalement inefficace, comme le souligne justement l'article ? N'est-ce pas un excellent exemple de la vacuité du travail législatif actuel qui ne prend aucunement en compte les réalités qu'il prétend combattre ? La diarrhée législative n'est pas la solution, c'est devenu le problème.

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.