Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Version imprimableEnvoyer à un amiExport-A+A
Article

Enregistrement de noms de domaine : non-responsabilité du registre du « .fr »

L’AFNIC ne peut se voir reprocher, au moment de l’enregistrement d’un nom de domaine, de ne pas avoir vérifié la validité de ce nom de domaine au regard des règles d’attribution fixées par le CPCE. Elle n’a ni les moyens ni les compétences pour juger par elle-même de l’atteinte à des droits de propriété intellectuelle et ne contrevient donc pas aux règles de la charte de nommage en s’abstenant de toute initiative de blocage de ce nom de domaine.

par C. Manarale 18 octobre 2011

L’affaire est classique : le titulaire d’un droit sur une marque (ici, FRANCE LOTS) attaque la personne qui a enregistré ce signe en tant que nom de domaine et l’utilise d’une manière qu’il estime contrefaisante (en l’espèce « francelots.fr »). Plus original, en revanche, est le choix du titulaire d’assigner également le registre qui gère le domaine au sein duquel le nom litigieux a été créé : la société Francelot demande la condamnation in solidum pour parasitisme du titulaire du nom de domaine et de l’AFNIC, office d’enregistrement du « .fr » (qui, de son côté, appelle en garantie le registrar par l’intermédiaire duquel le contrat a été passé, la société EuroDNS). Un tribunal avait curieusement fait droit à cette dernière demande (TGI Versailles, 6 oct. 2009, Legalis.net, Dalloz jurisprudence). La Cour d’appel de Versailles vient d’infirmer ce jugement, par une décision plus convaincante que celle rendue en première instance.

Pour condamner l’AFNIC à la réparation du « préjudice causé par l’impact...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :