Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Le clip de campagne d’Éric Zemmour, une violation du droit d’auteur ou l’exercice de la liberté d’expression ?

Le candidat d’extrême-droite est assigné en justice pour l’utilisation d’extraits d’œuvres célèbres dans sa vidéo d’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle.

par Gabriel Thierry, Journalistele 28 janvier 2022

Décidément, sa campagne est autant rythmée par les audiences judiciaires que par les plateaux de télévision. Éric Zemmour, qui vient d’être condamné il y a dix jours pour provocation à la haine raciale, était à nouveau poursuivi en justice, ce jeudi 27 janvier, à Paris. Cette fois-ci, c’est la deuxième section de la troisième chambre du tribunal judiciaire qui était chargée d’étudier l’assignation pour contrefaçon du droit d’auteur visant le polémiste d’extrême-droite. Une affaire, à l’intersection du droit d’auteur et de la liberté d’expression, au dénouement très attendu – le délibéré sera rendu le 4 mars.

Outre l’ancien chroniqueur du Figaro, le parti politique Reconquête !, et l’association « Les amis d’Éric Zemmour » étaient également cités. Au cœur des débats, la diffusion, il y a deux mois, du clip vidéo de candidature d’Éric Zemmour. Le polémiste avait alors mis fin au faux suspense sur son entrée en lice dans l’élection présidentielle avec cette vidéo, qui comptabilise aujourd’hui plus de trois millions de vues sur la chaîne Youtube.

Durant dix minutes, le candidat, sur fond musical de Beethoven, installé devant un imposant microphone dans une bibliothèque, lit une déclaration où il explique les raisons...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :