Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Harcèlement moral d’une secrétaire : de la délicatesse de l’avocat employeur

La cour d’appel de Grenoble a condamné un cabinet d’avocat à verser à une ancienne employée la somme de 20 000 € à titre de dommages et intérêts, jugeant que son licenciement était nul et qu’elle avait fait l’objet de harcèlement moral.

par Anne Portmannle 26 mai 2017

Une employée travaillait depuis quelques années au sein d’un cabinet d’avocats, qui avait connu plusieurs restructurations. Ce dernier partageait d’ailleurs ses locaux avec un autre avocat devenu associé de la SELARL. C’est à compter de ce moment que la secrétaire disait avoir été moralement harcelée par le nouvel associé. Après s’en être plaint auprès du cabinet, elle est placée en arrêt maladie pendant plusieurs mois.

Le cabinet initie alors une procédure disciplinaire à son égard mais y renonce au vu de l’avis du médecin du travail. La salariée est finalement déclarée inapte et le cabinet la licencie pour cette raison. Le conseil des prud’hommes de Vienne, saisi en nullité de licenciement, rejette la demande de...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :