Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Obligations de contribution à la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles : nouveau cadre

Après le décret du 22 juin 2021 relatif aux services de médias audiovisuels à la demande (« décret SMAD »), le cadre des obligations de contribution à la production audiovisuelle et cinématographique a été remanié par la publication des décrets du 30 décembre 2021 dits « TNT » et « Câble-Satellite » parus au Journal officiel du 31 décembre 2021.

Comme l’a rappelé le ministère de la Culture, ces décrets poursuivent plusieurs objectifs. Tout d’abord, simplifier le cadre réglementaire, en renvoyant davantage aux conventions conclues entre les éditeurs et l’ARCOM et aux accords interprofessionnels. Ensuite, rééquilibrer les règles du jeu et garantir l’équité entre services linéaires et non linéaires d’une part, et entre opérateurs nationaux et extranationaux d’autre part. Enfin, il s’agit de donner aux diffuseurs historiques les moyens de mieux exploiter les œuvres qu’ils financent.

Contribution à la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles des services de télévision « distribués par les réseaux non hertziens »

Le décret n° 2021-1924 se substitue au décret n° 2010-416 du 27 avril 2010 et fixe les règles applicables à la contribution à la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes ou d’expression originale française des services de télévision « distribués par les réseaux n’utilisant pas des fréquences assignées par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique », en application des articles 33 et 33-1 de la loi du 30 septembre 1986. Sont visés tous les réseaux non hertziens : câble...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :