Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Le procès de Bernard Ripert renvoyé au 9 juin

À l’issue d’une journée d’audience marathon, le premier président de la cour d’appel de Grenoble a renvoyé le procès de Me Ripert, le fond de l’affaire n’ayant toujours pas été débattu. L’ancien conseil d’Action directe a eu droit à de nombreux soutiens : une quarantaine d’avocats de la France entière étaient présents et plusieurs dizaines d’anonymes se sont pressés devant une salle trop exigüe pour tous les accueillir.

par Olivier Hielle, journalistele 3 juin 2016

« Le 9 juin, je ne peux pas monsieur le président, je serai hospitalisé. Ma tension s’est élevée à 20/14 cet après-midi ». Bernard Ripert s’adresse au premier président de la cour d’appel de Grenoble. Jean-François Beynel, statuant sur le fondement de l’article 346 du code de procédure civile, lui demandait, quelques instants plus tôt, si la date du 9 juin pour un renvoi lui convenait. Thierry Lévy, l’un des conseils de Me Ripert ce jeudi 2 juin 2016, n’est pas non plus pour cette date « je préfère le 16, j’ai des audiences le 9 ».

Un rapide coup d’œil aux conseillers de la cour d’appel et le président Jean-François Beynel – ancien directeur des services judiciaires – prend sa décision : le procès de Bernard Ripert sera bien renvoyé au 9 juin, à neuf heures. Les nombreux avocats, venus...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :