Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Constat des risques d’exposition au plomb en copropriété : domaine d’application

Ayant relevé que les murs objets des travaux de ravalement étaient des parties communes de l’immeuble au sens de l’article 3 de la loi du 10 juillet 1965, mais que les occupants de l’immeuble n’en n’avaient pas pour autant l’usage commun, une cour d’appel a retenu, à bon droit, que le constat prévu par l’article L. 1334-8 du code de la santé publique n’était pas obligatoire.

par Nicolas Le Rudulierle 12 février 2016

La loi n° 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique a notamment introduit l’obligation de réaliser un constat de risque d’exposition au plomb lorsque sont entrepris des travaux portant sur les parties à usage commun d’un immeuble collectif affecté en tout ou partie à l’habitation, construit avant le 1er janvier 1949, et de nature à provoquer une altération substantielle des revêtements.

Cette obligation, désormais codifiée à l’article L. 1334-8 du code de la santé publique, intéresse tous les immeubles dont l’usage est partagé et non uniquement ceux relevant du statut de la copropriété. Sont donc visés par le texte tous les immeubles dont certains espaces sont effectivement utilisés par plusieurs individus indépendamment du régime juridique qui fonde cette utilisation. Sont ainsi...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :