Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Le nombre d’enfants en rétention « a explosé en 2016 »

En métropole, entre 2013 et 2016, le nombre de familles avec enfants enfermées a quasiment triplé, déplorent les associations intervenant en rétention. Elles présentaient, hier, leur rapport 2016 sur les centres et locaux de rétention administrative.

par Caroline Fleuriotle 28 juin 2017

« Malgré les engagements de François Hollande durant la campagne électorale de 2012 de mettre fin à la rétention des enfants, nous faisons le constat d’une très nette reprise de cette pratique durant son mandat », signalent les associations intervenant en rétention, dans leur rapport 2016 présenté hier à la presse.

Le nombre d’enfants en rétention « a explosé en 2016 », dénonce David Rohi, de la Cimade. Ainsi, en métropole, 182 enfants ont été enfermés en 2016 (contre 105 en 2015 ; 45 en 2014 ; 41 en 2013 ; 99 en 2012). Selon les associations, cette augmentation est due notamment aux pratiques des préfectures du Doubs et de la Moselle, « qui, à elles seules, totalisent 51 % des placements réalisés en 2016 ». Le rapport rappelle que, depuis la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) en 2012, des préfectures ont décidé de ne plus procéder à l’enfermement d’enfants (CEDH 19 janv. 2012, Popov c. France, nos 39472/07 et 39474/07, Dalloz actualité, 30 janv. 2012, art. C. Fleuriot ; AJDA 2012. 127 ; ibid. 1726, chron. L. Burgorgue-Larsen ; D. 2012. 363, obs. C. Fleuriot ; ibid. 864, entretien S. Slama ; ibid. 2267, obs. P. Bonfils et A. Gouttenoire ; ibid. 2013. 324, obs. O. Boskovic, S. Corneloup, F. Jault-Seseke, N. Joubert et K. Parrot ; AJ pénal 2012. 281 , note S. Slama ; RFDA 2013. 576, chron. H. Labayle, F. Sudre, X. Dupré de Boulois et L. Milano ; Rev. crit. DIP 2012. 826, note K. Parrot ). En 2016, la France a été à nouveau condamnée par la CEDH pour la rétention d’enfants...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :