Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Plus-value sur un bien exproprié revendu par l’expropriant : pas d’indemnisation de l’exproprié

Le juge de l’expropriation n’est pas tenu de procéder à un contrôle relatif à l’atteinte disproportionnée au droit au respect des biens, résultant de la plus-value bénéficiant à l’expropriant lors de la revente des parcelles expropriées pour la réalisation de l’opération d’utilité publique.

L’acquisition d’un bien par voie d’expropriation revendu ultérieurement par l’expropriant dans des conditions lui permettant de réaliser une plus-value substantielle au détriment des expropriés est une problématique épisodique en droit de l’expropriation. L’arrêt ici rapporté vient clore un long feuilleton judiciaire.

A la suite de l’expropriation de plusieurs parcelles appartenant aux consorts B… au profit de la société publique locale Territoire d’innovation, le juge de l’expropriation a été saisi aux fins de fixer l’indemnité principale d’expropriation et l’indemnité de remploi leur revenant.

Une partie des biens expropriés a été revendue à brève échéance et au prix du marché par la société publique locale, lui ayant ainsi permis de réaliser rapidement une plus-value substantielle au détriment des expropriés.

L’épineuse question de l’indemnisation de la « privation de plus-value »

Saisie sur la question de la fixation des indemnités d’expropriation, la cour d’appel de Lyon a retenu que la plus-value, que devaient générer les ventes en raison de l’opération d’utilité publique conduite par l’expropriant, n’avait pas à être prise en compte pour déterminer l’indemnité réparant la dépossession, et en a déduit que l’indemnité de...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :