Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Après les surveillants de prison, les conseillers d’insertion et de probation se mobilisent

À l’appel de la CGT, des conseillers d’insertion et de probation du service pénitentiaire se sont mobilisés jeudi 1er février pour une revalorisation de leur statut.

par Thomas Coustetle 2 février 2018

Après la grève des surveillants, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) ont entamé un processus de mobilisation. La CGT a appelé les agents de « toute la France » à rejoindre le cortège de Paris, qui s’est déplacé jeudi 1er février depuis la place de la Madeleine jusqu’à l’Assemblée nationale, en passant par la place Vendôme. Le syndicat souhaite contraindre « l’État à respecter ses engagements ».

« On aura pourtant jamais la même mobilisation qu’en 2016 », confie Pierre, un agent du service pénitentiaire de Bordeaux qui tenait à afficher sa présence pour l’occasion. 

Il est vrai que, pour les CPIP, faire grève peut prendre des allures de gageure. La profession ne bénéficie pas statutairement du droit de grève, rappelle Fabienne Titet, secrétaire nationale de la CGT insertion probation.  « On espérait 250 personnes. Nous sommes déjà plus de 500. Pour nous, c’est déjà une vraie réussite », se félicite-t-elle à l’issue de la journée. 

« On est le seul corps de l’État à prendre en charge la totalité des 250 000 placés entre les mains de la justice »

La profession compte 3 000 CPIP au niveau national. D’après le ministère, cet agent « accompagne les personnes condamnées » et intervient « en milieu ouvert ou en milieu carcéral à la demande des autorités judiciaires ». Son rôle est donc « d’œuvrer à la compréhension de la peine et de participer à la prévention de la récidive ». 

Quelles sont, en détail, les raisons de la colère ? En mai 2017, la CGT avait « arraché » selon les termes de Fabienne Titet, un accord sur un changement statutaire après une première mobilisation des agents en 2016. Les agents de probation devaient devenir agents de catégorie A de la fonction publique à compter du 1er février 2018.

L’accord a été acté par le garde des Sceaux de l’époque, Jean-Jacques Urvoas, et signé par le président de la République, rappelle le syndicat. Pourtant, quelques jours avant le changement de statut, le texte « s’est, comme par magie, perdu dans les abysses », ironise Fabienne Titet. En fait, après le dernier changement de majorité, l’accord n’a pas été publié en Conseil d’État, comme prévu initialement. 

Le 30 janvier dernier, Ugo Bernalicis, député du Nord, a même interpellé le ministre de la fonction publique par question écrite (n° 4881) sur le sujet. Il demandait l’exécution de l’accord. 

« Notre métier est la seule profession à prendre en charge l’ensemble des 250 000 personnes sous main de justice, soit environ 100 à 200 personnes par agent », détaille Fabienne Titet, qui assure que les agents « souffrent d’un manque de reconnaissance ».

Des conditions de travail difficiles dont se fait l’écho Marion L., une autre militante du cortège. « Notre action joue un rôle sur les libertés individuelles, et dans le maintien en détention ou non car on éclaire le magistrat sur les décisions qu’ils prennent. » 

Certains agents présents vont même plus loin et assurent se mobiliser également par crainte d’une éventuelle privatisation à venir. Sur le « travail d’intérêt général », la future agence voulue par Emmanuel Macron, dont le contenu sera révélé courant février, « laisse craindre qu’une partie du contrôle sur l’exécution de la mesure que nous assurons actuellement sera privatisée comme cela a pu être sur la table des négociations il y a quelques années ».

Paris a été suivi par plusieurs mouvements de grève. Notamment en Normandie, dans la Vienne, et dans le Calvados.

Une délégation devait être reçue à l’Élysée en fin de journée. Elle a été annulée en dernière minute et reportée au 7 février prochain.

 

Commentaires

Tout cela est intéressant mais nuançons :

Pour commencer "les agents « souffrent d’un manque de reconnaissance »." lit-on. La réalité c'est que chaque année le concours CPIP fait le plein de profils allant de bac+3 à bac+5 sans difficulté, des personnes très qualifiées. Le métier de CPIP ne souffre d'aucun problème d'attractivité, la paie est excellente pour un travail a dominante sociale avec des horaires de bureau, sans nuit, sans congés imposés, sans travail les jours fériés et les WE. Les conditions de travail varient selon les établissements mais dans l'ensemble ce n'est certainement pas chez les CPIP que l'on se suicide le plus dans l'administration pénitentiaire.

La comparaison avec la grogne des gardiens de prison qui s'établit dans certains médias et que l'on nous épargne ici, grogne légitime au vu de leur salaire ridicule et de leurs conditions de travail indignes pour des fonctionnaires dont le niveau de qualification surpasse très largement celui du recrutement dans une écrasante majorité des promotions (cf les chiffres de l'ENAP, seule une minorité admise au concours n'a pas au moins le bac), est absolument risible.

Historiquement la revalorisation catégorielle de la profession CPIP concerne à la vérité l'ensemble des travailleurs sociaux et non pas les CPIP en particulier. Il faut le préciser.

Enfin soyons sérieux, il est permis de s'interroger à propos de l'opportunité de procéder au changement catégoriel d'une profession qui n'est certainement pas à plaindre compte tenu des exigences et ce malgré la charge de travail importante. Et cela à l'heure où l'on refuse de délivrer un traitement décent à des agents victimes d'agressions hebdomadaires, risquant réellement vie et santé sur leur lieu de travail pour une reconnaissance réellement dérisoire.

Le travail des CPIP est certes essentiel et complexe, mais ne justifie aucune revalorisation à l'heure où l'administration pénitentiaire ne souffre d'aucun problème de recrutement pour ce métier ce pourquoi le nombre de places au concours se réduit d'année en année. Tout au plus d'avantage de promotions par an et une plus grande visibilité au public.

Cher Méritocrate,

Je me dois en tant que CPIP, réagir à vos propos.
Tout d'abord, je tiens à préciser que j'estime que mes collègues surveillants nécessitent effectivement une revalorisation
de leurs corps et il est clair que leur quotidien est très difficile.
Vous semblez néanmoins méconnaître la charge de travail d'un CPIP qui en région parisienne et dans les grandes villes françaises ont en charge 100, 150 voire 200 dossiers. Un rythme effréné d'audiences avec les détenus, un nombre important de rapports à rendre tous les mois (50 à 60 par mois : rapports PS, RPS, LSC, aménagements de peine pour ne citer que les principaux et au sein desquels nous engageons une part de responsabilité compte tenu des avis que nous rendons), des permanences à assurer, les contacts avec les familles et les partenaires. Bref, je peux vous assurer que nous sommes nombreux à faire 25 à 30 heures sup' par mois ! non rémunérées ! et partiellement rattrapées puisque nous sommes écrêtés au-delà de 12 heures sup....
Où voyez-vous ainsi que le salaire et le statut des CPIP sont attractifs ??? et que ce corps ne mériterait pas, tout autant que pour nos collègues surveillants une revalorisation...
Certes une certaine attractivité est présente mais vous oubliez que beaucoup quittent aussi ce corps.
Par ailleurs, si ce métier était aussi attractif, pourquoi les surveillants ne sont-ils pas plus nombreux à rejoindre notre corps ? Ils sont en tout cas les bienvenus.

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.