Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

L’impossibilité pour un journaliste de rendre compte d’une perquisition n’est pas contraire à la Constitution

L’article 11, alinéa 1er, du code de procédure pénale, qui pose le principe du secret de l’enquête et de l’instruction et empêche les journalistes de capter le déroulement d’une perquisition, ne méconnaît pas l’article 11 de la Déclaration de 1789 qui garantit la liberté d’expression et de communication.

par Sabrina Lavricle 12 mars 2018

Le Conseil constitutionnel était saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) formulée par l’Association de la presse judiciaire et transmise par le Conseil d’État, à l’occasion d’un recours en annulation contre la circulaire (no 2017-0063-A8) du 27 avril 2017 du garde des Sceaux, ministre de la justice concernant l’incidence de l’arrêt de la Cour de cassation du 10 janvier 2017 relatif au secret de l’enquête et de l’instruction sur les autorisations de reportages journalistiques délivrées par les autorités judiciaires.

Le 10 janvier 2017, la chambre criminelle avait en effet rendu une décision remarquée au terme de laquelle elle avait estimé, dans une affaire où un journaliste avait pu filmer le déroulement d’une perquisition, que « constitue une violation du secret de l’enquête ou de l’instruction concomitante à l’accomplissement d’une perquisition, portant nécessairement atteinte aux intérêts de la personne qu’elle...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :