Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Reportage 

Une journée avec… le délégué général des agences de développement économique

C’est un secteur d’activités fort mal connu que la rédaction de Dalloz actualité a observé ce mois-ci. Un secteur dont le nom même interloque : les agences de développement économique sont des organismes mandatés par les collectivités territoriales et tournées vers les entreprises, des acteurs-clés du territoire. Elles sont fédérées en association, le CNER. C’est dans leurs locaux, situés à Paris, qu’a été accueillie notre rédactrice. Elle a pu y rencontrer Antoine Angeard, le délégué général du réseau.

par Anaïs Coignacle 29 mars 2013

Journée-type

Chaque semaine, Antoine Angeard partage son agenda entre la gestion de son équipe, les rendez-vous de représentation avec son président et la mise en œuvre des projets de la fédération. Les lundi et vendredi, qui correspondent aux moments où l’activité avec l’extérieur est moins importante, sont dédiés à l’équipe. Une réunion hebdomadaire se tient tous les vendredis entre les salariés du CNER, afin de faire le point sur les missions réalisées et préparer la semaine qui vient. Ici comme à l’Assemblée nationale, le mardi est « le jour des élus », celui où les parlementaires se rendent à Paris ainsi que les élus locaux engagés dans des fédérations nationales à l’image du président du CNER. Aussi, le délégué général organise en amont et en son nom un planning de rendez-vous, de réunions de travail et de lobbying auprès des ministres, des conseillers, des homologues et partenaires territoriaux. C’est aussi le moment où le président est informé de l’avancement des projets, de la vie de l’équipe et du réseau. Antoine Angeard dédie les deux autres jours de la semaine à ses projets pour le CNER. Il participe à des réunions avec les membres du réseau, rencontre des adhérents, des homologues, des partenaires sur des projets spécifiques, passe des appels pour conserver ou trouver des financements pour la fédération ou planche sur les évènements à venir. Par ailleurs, le délégué général se déplace plusieurs fois par mois pour intervenir dans des colloques, des séminaires ou pour se rendre dans une agence.

Une petite structure
Ergonomique, fluide et moderne, le site internet du CNER donne l’illusion d’une grosse entité fédérale, thèse que vient corroborer l’adresse prestigieuse du site, sur le boulevard Saint-Germain, en face du ministère de l’écologie. Situé au dernier étage d’un immeuble haussmannien, c’est néanmoins une petite structure chaleureuse que l’on découvre en poussant la porte : 140 m2 de bureaux sous les toits. Ici, l’équipe composée de cinq salariés et du délégué général, travaille en synergie, tout le monde prend les appels si bien que chacun est au courant des projets et des dossiers en cours au sein de la fédération. Les décisions importantes sont néanmoins prises en accord avec le conseil d’administration qui est « pluraliste », à savoir « représentatif de toutes les tendances politiques », comme tient à le préciser le délégué général. Il est composé de membres issus des collectivités, de personnalités qualifiées, de représentants d’entreprises, de présidents d’agences de développement économique et du président de la fédération, M. Pascal Allizard, président de l’agence de développement Calvados Stratégie, vice-président du conseil général du Calvados et maire de Condé-sur-Noireau, suppléant du sénateur du Calvados René Garrec.

La réunion hebdomadaire
Ce matin-là, Antoine Angeard réunit justement l’équipe pour le tour de table des sujets de la semaine. Installé au bout de la grande table de travail, le délégué général passe en revue les points à traiter, chacun profitant de ce moment pour partager l’information dont il dispose. Il est question des prochains événements organisés par la fédération et notamment du 60e Congrès qui doit se tenir à Lisieux les 19 et 20 septembre 2013. Par ailleurs, le délégué général (qui est aussi le benjamin de l’équipe qu’il dirige) évoque un projet d’expérimentation territoriale que le CNER est en train d’élaborer. Il s’agit de la mutualisation, grâce à une personne-ressource, de compétences très spécifiques aujourd’hui éclatées entre les différents acteurs économiques (agences de développement, clusters, pôles de compétitivité…). L’objectif est de favoriser les collaborations et mutualisations de moyens ou de compétences entre structures de développement économique sur un même territoire, dans un souci d’optimisation de leurs actions et de leurs dépenses.

Les missions du CNER
Depuis son arrivée à la tête du CNER, en 2010, le délégué général a institué une nouvelle dynamique, mené de nombreux projets et remis en cause les acquis de la fédération pour répondre au besoin de restriction budgétaire. Il a voulu moderniser l’image du CNER auprès du réseau et des membres, développer les outils d’information, rassurer les agences par rapport aux réformes en cours (V. Interview) et dégager des fonds pour mettre tout cela en œuvre. Tous les prestataires de la fédération ont été « remis en cause », la revue diffusée aux membres a été supprimée, les dépenses rationalisées. Le délégué général a ainsi pu financer la création du site internet, d’un extranet à destination de ses adhérents et renforcer les quatre principales missions de la fédération. La première concerne la représentation des agences auprès des pouvoirs publics y compris le lobbying mené dans le cadre de projets de lois impactant directement la fédération et ses membres comme c’est le cas actuellement avec le dernier volet de la réforme de décentralisation. Il s’agit ici pour le chef du réseau et le président, de promouvoir les actions et les positions du CNER et de ses membres, de défendre leurs intérêts, et de faire circuler les informations dans tout le réseau. Par ailleurs, il appartient à la fédération d’animer le réseau en organisant des rencontres et des échanges entre professionnels, et en constituant des groupes de travail sur des thématiques phares. Elle agit également en matière de formation afin de répondre aux besoins de ses adhérents : quinze formations par an sont organisées sur les...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :