Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Déclaration des créances (délai) : indemnité de résiliation du contrat

N’est pas forclos le cocontractant mentionné à l’article L. 622-13 du code de commerce qui a déclaré une créance d’indemnité de résiliation du contrat, fût-elle éventuelle, avant que le délai prévu par l’article R. 622-21, alinéa 2, du même code, applicable à la déclaration d’une telle indemnité, n’ait commencé à courir.

par Alain Lienhardle 18 novembre 2013

Depuis un récent arrêt de la Cour de cassation, la portée du délai d’un mois à compter de la date de résiliation de plein droit ou de la notification de la décision prononçant la résiliation accordé par l’article R. 622-21 du code de commerce au cocontractant pour déclarer au passif la créance résultant de cette résiliation n’est plus douteuse. Il ne s’agit ni d’un délai supplémentaire ni d’un délai alternatif au délai général de deux mois à compter de la publication au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC) du jugement d’ouverture, la règle étant simplement que les deux délais doivent profiter à ce créancier de sorte qu’il puisse se situer à l’intérieur de celui le mieux adapté à sa situation particulière, fonction essentiellement, bien sûr, de la date de résiliation du contrat en cours (Com. 26 mars 2013, n° 11-21.060, Dalloz actualité, 3 avr. 2013, obs. A. Lienhard ; D. 2013. Pan. 2363, obs. P.-M. Le Corre RECUEIL/CHRON/2013/0403 ; Rev. sociétés 2013. 379, obs. L. C. Henry REVSOC/CHRON/2013/0088 ; RTD com. 2013. 341, obs. A. Martin-Serf ). Ce qui revient à dire, comme l’a résumé...

Il vous reste 75% à lire.

Vous êtes abonné(e) ou disposez de codes d'accès :